Faut-il dire à un collègue qu’il fait trop de bruit ?


Oui, dites le !

Le travail en open area therefore’est généralisé avec son lot de pressure. Il impose donc que chacun respecte un code de bonne conduite: mettre en vibreur son , utiliser les espaces p confidentialité pour les appels prolongés ou personnels et… parler sans élever la voix. Pas question de laisser les gêneurs polluer l’atmosphère. Après, tout est une question de forme. On pourra rappeler amicalement à son collègue les règles communément admises.

Souligner, sans le stigmatiser, voire en louant boy dynamisme, que l’on rencontre des difficultés à se concentrer quand il parle trop fort ou cassette trop énergiquement sur son clavier. Il faudra juste choisir un instant de calme pour le dire. D’ailleurs, ce sera peut-être l’occasion pour lui d’avouer que vos petites manies l’agacent aussi…

Non, mais trouvez une option

Deux tiers des salariés ne possèdent pas de agency individuel et doivent donc cohabiter des heures durant avec leurs collègues: autant dire qu’il leur faut faire preuve d’un peu p tolérance. Par ailleurs, certaines activités impliquent de nombreux connections téléphoniques: hopeless de leur demander de ‘isoler à chaque fois qu’ils contactent un possibility. Ajoutons que le bruit, s’il est l’expression d’une bonne humeur, est toujours préférable au sinistre clapotis des claviers.

Plutôt que de stigmatiser un collègue — on ne parle pas ici des personnes présentant p vrais issues de comportement –, mieux vaut interpeller les cases représentatives du personnel pour demander une meilleure isolation phonique ou une organisation p l’espace mieux adaptée.

Leave A Response